Vous consultez actuellement le site Web destiné aux clients institutionnels du Canada. Vous pouvez modifier votre lieu de résidence ici ou visiter d’autres sites Web de RBC GMA.

Bienvenue sur le site institutionnel ph & n pour les investisseurs institutionnels
English

Pour accéder au site, veuillez accepter nos conditions générales.

Veuillez lire les conditions générales suivantes attentivement. En accédant aux sites rbcgma.com et à toute autre page de ceux-ci (le « site »), vous acceptez d'être lié par ces conditions ainsi que par toute modification que pourrait apporter RBC Gestion mondiale d'actifs Inc. (« RBC GMA Inc. ») à sa discrétion. Si vous n'acceptez pas les conditions générales figurant ci-dessous, n'accédez pas à ce site Web ou à toute page de celui-ci. Phillips, Hager & North gestion de placements est une division de RBC GMA Inc.

Aucune offre

PLes produits et les services de RBC GMA Inc. ne sont offerts que dans les territoires de compétence au sein desquels ils peuvent être vendus légalement. Le contenu de ce site Web ne représente pas une offre de vente ni une sollicitation d'achat de produits ou de services auprès de toute personne dans un territoire de compétence au sein duquel une telle offre ou sollicitation est considérée comme illégale.

Aucun renseignement figurant sur ce site Web ne doit être interprété comme un conseil en matière de placement ni comme une recommandation ou une représentation de la pertinence ou du caractère approprié de tout produit ou service. L'ampleur du risque associé à un placement particulier dépend largement de la situation personnelle de l'investisseur.

Aucune utilisation

Le matériel figurant sur ce site a été fourni par RBC GMA Inc. à titre d'information uniquement ; il ne peut être reproduit, distribué ou publié sans le consentement écrit de RBC GMA Inc. Ce matériel ne sert qu'à fournir de l'information générale et ne constitue ni ne prétend être une description complète des solutions d'investissement et des stratégies offertes par RBC GMA Inc., y compris les fonds RBC, les portefeuilles privés RBC, les fonds PH&N, les fonds de catégorie de société RBC ainsi que les FNB RBC (les « fonds »). En cas de divergence entre ce document et les notices d'offre respectives, les dispositions des notices d'offre prévaudront.

RBC GMA Inc. prend des mesures raisonnables pour fournir des renseignements exacts, fiables et à jour, et les croit ainsi au moment de les publier. Les renseignements obtenus auprès de tiers sont jugés uniquement ; toutefois, aucune déclaration ni garantie, expresse ou implicite, n'est faite par RBC GMA Inc., ses sociétés affiliées ou toute autre personne quant à leur exactitude, leur intégralité ou leur bien-fondé. RBC GMA Inc. n'assume aucune responsabilité pour de telles erreurs ou des omissions. Les points de vue et les opinions exprimés sur le présent site Web sont ceux de RBC GMA Inc. et peuvent changer sans préavis.

À propos de nos fonds

Les fonds de RBC GMA Inc. sont distribués par l'entremise de courtiers autorisés. Les investissements dans les fonds peuvent comporter le paiement de commissions, de commissions de suivi, de frais et de dépenses de gestion. Veuillez lire la notice d'offre propre à chaque fonds avant d'investir. Les données sur le rendement fournies sont des rendements historiques et ne reflètent en aucun cas les valeurs futures des fonds ou des rendements sur les placements des fonds. Par ailleurs, les données sur le rendement fournies tiennent compte seulement du réinvestissement des distributions et ne tiennent pas compte des frais d'achat, de rachat, de distribution ou des frais optionnels ni des impôts à payer par tout porteur de parts qui auraient pour effet de réduire le rendement. Les valeurs unitaires des fonds autres que ceux de marché monétaire varient fréquemment. Il n'y a aucune garantie que les fonds de marché monétaire seront en mesure de maintenir leur valeur liquidative par part à un niveau constant ou que vous récupérerez le montant intégral de votre placement dans le fonds. Les titres de fonds communs de placement ne sont pas garantis par la Société d'assurance-dépôts du Canada ni par aucun autre organisme gouvernemental d'assurance-dépôts. Les rendements antérieurs peuvent ne pas se répéter. Les parts de FNB sont achetées et vendues au prix du marché en bourse et les commissions de courtage réduiront les rendements. Les FNB RBC ne cherchent pas à produire un rendement d'un montant prédéterminé à la date d'échéance. Les rendements de l'indice ne représentent pas les rendements des FNB RBC.

À propos de RBC Gestion mondiale d'actifs

RBC Gestion mondiale d’actifs est la division de gestion d’actifs de Banque Royale du Canada (RBC) qui regroupe les sociétés affiliées suivantes situées partout dans le monde, toutes étant des filiales indirectes de RBC : RBC GMA Inc. (y compris Phillips, Hager & North gestion de placements et PH&N Institutionnel), RBC Global Asset Management (U.S.) Inc., RBC Global Asset Management (UK) Limited, RBC Investment Management (Asia) Limited, BlueBay Asset Management LLP, and BlueBay Asset Management USA LLC.

Déclarations prospectives

Ce document peut contenir des déclarations prospectives à l'égard des facteurs économiques en général qui ne garantissent pas le rendement futur. Les déclarations prospectives comportent des incertitudes et des risques inhérents, et donc les prédictions, prévisions, projections et autres déclarations prospectives pourraient ne pas se réaliser. Nous vous recommandons de ne pas vous fier indûment à ces déclarations, puisqu'un certain nombre de facteurs importants pourraient faire en sorte que les événements ou les résultats réels diffèrent considérablement de ceux qui sont mentionnés, explicitement ou implicitement, dans une déclaration prospective. Toutes les opinions contenues dans les déclarations prospectives peuvent être modifiées sans préavis et sont fournies de bonne foi, mais sans responsabilité légale.

Accepter Déclin
.wrapper { display: flex; } .wrapper img { margin-right: 20px; } @media(max-width: 570px) { .wrapper img { display: none; } }
#pinned-nav.nav-sticky:before { transform: scaleX(1); } #pinned-nav:before { content: ""; position: absolute; z-index: -1; left: 0; bottom: 0; width: 100%; height: 100%; transform: scaleX(0); background-color: #003168; transition: 0.25s ease-in-out; } #ri-nav-mob #ri-nav-mobButtonTrigger { align-items: center; justify-content: space-between; } .expandable-content-wrapper{ margin-top: 0 !important; } .expandable-arrow:before { color: white; } #ri-nav-mobButtonTrigger { outline: none; } #ri-nav-mob { background-color: #003168; padding-left: 30px; padding-right: 30px; display: none; z-index:99 } .mob-nav-item { list-style: none; padding-top: 15px; padding-bottom: 15px; } .mob-nav-link { color: white; } #pinned-nav, #pinned-nav-mob { position: sticky; top: 54px; z-index:99 } #ri-nav { background-color: #003168; } .rbc-pinned { } #pinned-nav { height: auto; } .rbc-nav-bar-link { color: #fff; font-size: 14px; } .rbc-nav-bar-item.active { border-bottom: solid 10px #fff; } .rbc-nav-bar-item { padding-top: 15px; padding-bottom: 15px; } .rbc-nav-bar-link:hover { color: #fff; text-decoration: none; border-bottom: 0; } .rbc-nav-bar-link:focus { outline: none; } #ri-nav .rbc-nav-bar-items { display: grid; grid-template-columns: repeat(auto-fit, minmax(100px, 1fr)); grid-gap: 15px; list-style-type: none; } @media only screen and (max-width: 1199px) { #ri-nav .rbc-nav-bar-items { grid-template-columns: repeat(auto-fit, minmax(200px, 1fr)); } #ri-nav { display: none; } #ri-nav-mob { display: block; } } $(function () { $(document).scroll(function () { if ($(this).scrollTop() > 402) { $("#pinned-nav").addClass("nav-sticky"); $("#pinned-nav").removeClass("rbc-pinned"); $("#pinned-nav-mob").addClass("nav-sticky"); } else { $("#pinned-nav").removeClass("nav-sticky"); $("#pinned-nav").addClass("rbc-pinned"); $("#pinned-nav-mob").removeClass("nav-sticky"); } }); });

Quel est le moteur de l’investissement responsable ?

Devoir fiduciaire

La question du devoir fiduciaire est au centre de nombreuses discussions sur l’investissement responsable. À mesure que le domaine de l’investissement responsable s’est développé et que les investisseurs cherchent à mieux comprendre les incidences des critères ESG sur leurs placements, une question clé est apparue : l’intégration des critères ESG est-elle compatible avec le devoir fiduciaire des gestionnaires d’actifs envers leurs clients ?

Pour les répondants aux sondages de RBC GMA, il ne fait guère de doute : la plupart citent le devoir fiduciaire comme la raison d’intégrer les critères ESG dans leurs processus de placement. En 2021, 57 % de tous les investisseurs ont cité le devoir fiduciaire comme étant un facteur de décision, et celui-ci s’est classé parmi les deux principaux facteurs depuis 2018.

Les Principes pour l’investissement responsable (PRI) des Nations Unies sont cohérents. Ils définissent le devoir fiduciaire comme l’obligation d’« intégrer tous les vecteurs de valeur, y compris les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance, dans la prise de décisions d’investissement »1.

Cependant, de nombreux répondants au sondage ont aussi invoqué le devoir fiduciaire comme raison de ne pas recourir aux stratégies ESG. La proportion de répondants américains affirmant que la prise en compte des critères ESG est incompatible avec le devoir fiduciaire a augmenté au cours de quelques années, tandis qu’en Europe, elle a chuté de façon spectaculaire, passant de 50 % en 2019 à zéro en 2021.

Rôle du devoir fiduciaire dans la mise en oeuvre des critères ESG

2021

57 % de tous les investisseurs ont cité le devoir fiduciaire comme étant un facteur de décision, et celui-ci s’est classé parmi les deux principaux facteurs depuis 2018

C’est le reflet direct des différences politiques régionales qui se sont produites ces dernières années. Les débats se poursuivent aux États-Unis, où certains États prennent des mesures pour faire la distinction entre les critères ESG et le devoir fiduciaire. En Floride par exemple, le Conseil d’administration de l’État a adopté une résolution interdisant aux gestionnaires de fonds de l’État de tenir compte des critères ESG dans leurs stratégies de portefeuille, tout en mettant à jour leurs devoirs fiduciaires pour qu’ils tiennent uniquement compte de considérations financières2.

En revanche, l’Union européenne a adopté une approche bien différente. Dans ce contexte, le débat s’oriente plus sur la manière de mettre en oeuvre les aspects du développement durable et des critères ESG, et non sur la question de savoir si ces aspects ont lieu d’exister avant toute chose. Pendant la seule année 2022, les initiatives législatives ont renforcé les obligations d’information pour les intervenants des marchés financiers et les entreprises de l’UE en vertu du Règlement sur la publication d’informations en matière de durabilité dans le secteur des services financiers (SFRD) (un sujet développé ci-après), et des règlements visant à créer une norme des obligations vertes au sein de l’UE.

Ces décisions ont intensifié le débat public sur les répercussions des critères ESG sur le rendement financier. Les recherches visant à comprendre la relation précise entre le rendement des placements et les diverses stratégies liées aux critères ESG se poursuivent. En effet, plusieurs études ont montré qu’une fois correctement appliqués, les critères de durabilité peuvent améliorer les rendements des portefeuilles de placements, ce qui concorderait avec le devoir fiduciaire3,4. Nous examinerons plus en détail le lien avec le rendement à la Le rendement compte.

Changements climatiques

Au cours des cinq dernières années, les événements climatiques extrêmes de plus en plus fréquents et intenses ont démontré que les changements climatiques ont des effets physiques importants sur la planète.

Des incendies dévastateurs dans l’ouest du Canada, en Californie et en Australie, des inondations en Europe et en Asie, de grosses tempêtes et vagues de chaleur ont fait de nombreuses victimes et causé beaucoup de dégâts.

La hausse des températures moyennes menace de rendre inhabitable des régions importantes de la planète. D’après les recherches de la Banque mondiale, plus de 143 millions de personnes en Afrique subsaharienne, en Asie méridionale et en Amérique latine pourraient être déplacées à cause de problèmes liés aux changements climatiques d’ici 20505.

Pour faire face à ces risques, les mesures gouvernementales et politiques sur les changements climatiques se sont accélérées. En novembre 2021, la conférence sur le climat (COP26) a vu plus de 190 pays se réunir et signer un certain nombre d’accords mondiaux pour promouvoir les causes environnementales et climatiques. Les objectifs climatiques fixés lors de la conférence COP26 marquent notamment le premier engagement des pays à s’entendre pour que l’augmentation de la température soit inférieure à 2 °C6. Dès lors, les pays s’efforcent de traduire ces engagements en plans de transition sectoriels, en politiques gouvernementales et en actions concrètes, qui peuvent tous avoir des implications financières importantes pour les portefeuilles des investisseurs. Pour en savoir plus sur ce sujet, veuillez consulter les perspectives de RBC GMA ici.

L’attitude des investisseurs témoigne de la prise en compte de cette réalité : au cours des trois dernières années, les changements climatiques ont toujours été l’une des principales préoccupations des répondants au sondage sur l’investissement responsable de RBC GMA.

Principales préoccupations liées aux critères ESG

 RBC GAM survey

2019

icon

Cybersécurité

icon

Changements climatiques

icon

Lutte anticorruption

2020

icon

Lutte anticorruption

icon

Changements climatiques

icon

Droits et vote des actionnaires

2021

icon

Lutte anticorruption

icon

Cybersécurité

icon

Changements climatiques

Politique

L’adoption des investissements en fonction de critères ESG varie en fonction de la géographie et du ressort juridique, et a été fortement influencée par la politique et la réglementation.

Des pays comme la Suède, le Danemark et la Norvège ont ouvert la voie d’un côté de l’éventail, en visant à faire concorder les investissements avec les objectifs d’environnement durable et d’impact. Les investisseurs institutionnels ont alloué d’importantes sommes de capital à des entreprises exerçant leurs activités dans le domaine des énergies renouvelables et ont rendu leurs portefeuilles conformes aux normes internationales telles que les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies (voir ici).

Aux États-Unis, les investissements en fonction de critères ESG ont été politisés, et ont ainsi entraîné des changements politiques importants en un laps de temps relativement court. Peu après son élection en 2016, le président Donald Trump a retiré les États-Unis de l’Accord de Paris, et le débat s’est intensifié sur la question de savoir si la définition juridique du devoir fiduciaire inclut les critères ESG ou le développement durable.

Alors que les États-Unis ont rejoint l’Accord de Paris et que plusieurs politiques liées aux critères ESG ont commencé à être inversées avec le changement d’administration en 2021, le pays reste divisé.

L’UE et le SFDR

Les modifications de la réglementation ont fortement influencé le comportement des investisseurs. Près de la moitié (45 %) des répondants européens au sondage de RBC GMA de 2021 ont indiqué que la réglementation gouvernementale était l’une des principales raisons de l’intégration des critères ESG dans leurs portefeuilles de placement, et que, compte tenu des exigences réglementaires croissantes pour les investisseurs en Europe, cette situation pourrait se renforcer au cours des prochains sondages.

Répondants ayant choisi comme raison la « réglementation gouvernementale » pour intégrer les critères ESG à l’approche de placement

(total des réponses en 2021)

gam-world-map
Asie

19%


Europe

45%


États-Unis

6%


Canada

6%


Total

13%

L’Europe est largement considérée comme le pionnier de l’élaboration et de l’adoption de l’investissement responsable. D’après les réponses que nous avons reçues à notre sondage mondial au cours des cinq dernières années, les investisseurs européens se sont toujours classés au premier rang en ce qui a trait à l’inclusion des critères ESG dans leur approche de placement et leur prise de décision, avec une moyenne de 90 % par rapport à 71 % pour l’ensemble des réponses.

Une grande partie de ce travail a été influencée par l’élaboration d’un certain nombre de règlements en Europe et au Royaume-Uni. À titre d’exemple, le Règlement sur la publication d’information en matière de durabilité dans le secteur des services financiers (SFRD), mis en place en 2021, a accru la responsabilité des secteurs des services financiers et de la gestion d’actifs. Au Royaume-Uni, le gouvernement a commencé à développer sa propre taxonomie dans le même objectif, la mise en oeuvre de celle-ci devant commencer au début de 2023, selon le Green Technical Advisory Group du pays7. Une des conséquences de cette situation est que les fonds d’investissement des ressorts juridiques visés doivent maintenant satisfaire à des critères stricts avant de pouvoir commercialiser des produits « durables » ou « verts ».

Des travaux similaires sont entrepris dans le monde entier. À titre d’exemple, aux États-Unis, la Securities and Exchange Commission (SEC) a publié fin mai 2022 une proposition de règlement qui énonçait les exigences relatives aux fonds qui se qualifiaient eux-mêmes de « verts », « durables » ou ont un qualificatif similaire.8

Au Canada, les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) ont publié en janvier 2022 des indications sur les pratiques d’information des fonds d’investissement au sujet des critères ESG, surtout ceux dont les objectifs de placement mentionnent des facteurs ESG ainsi que ceux optant pour des stratégies ESG. L’objectif de ces informations dans le monde entier est clair : assurer la transparence pour les investisseurs et les bénéficiaires.9

Facteurs sociaux

Les vents du changement social soufflent plus fort. Au cours des dernières années, les institutions et les gouvernements ont de plus en plus été sollicités pour s’attaquer aux inégalités et aux pratiques discriminatoires à l’égard des femmes, des minorités raciales, des personnes handicapées et de la communauté LGBTQ+.

La pandémie a permis de mettre en lumière les inégalités sociales et, dans bien des cas, d’imposer le télétravail et des fermetures économiques partielles qui ont exacerbé ces inégalités10.

Les vents du changement social soufflent plus fort

D’autres événements ont fait progresser la diversité et l’inclusion dans les programmes des entreprises, de la réglementation et sur le plan social. Aux États-Unis, en 2020, des manifestations de masse contre les préjugés raciaux et les inégalités ont revitalisé le mouvement Black Lives Matter et souligné l’importance de la diversité et de l’égalité tant pour les financiers que pour les gens ordinaires

Au Canada, le rapport 2015 de la Commission de vérité et réconciliation comprenait un appel à l’action pour que les entreprises canadiennes s’engagent activement auprès des communautés autochtones. Depuis lors, de nombreuses entreprises ont amélioré leur approche du développement, mais il reste encore beaucoup à faire, selon un rapport de 2021 sur le rôle du secteur canadien de l’investissement responsable dans le bien-être des peuples autochtones. Les auteurs du rapport ont exhorté les « acteurs économiques » de « s’attaquer aux inégalités sociales et au racisme systémique afin de contribuer à une croissance inclusive qui crée des occasions pour tous »11.

Du point de vue de l’investissement, de plus en plus de données démontrent que des groupes de direction plus diversifiés permettent aux entreprises et à la main-d’oeuvre d’obtenir de meilleurs résultats. Des recherches menées par McKinsey ont montré que les paramètres de diversité sur le plan de la race, de l’ethnie et du genre sont corrélés aux rendements financiers ; de ce fait, des conseils d’administration et des équipes de direction diversifiées seront plus à même d’améliorer le rendement financier12, 13. Par conséquent, les travaux visant à améliorer la diversité au sein des conseils d’administration sont bien en cours. En 2020, 67 % des résolutions relatives à la diversité aux assemblées générales annuelles américaines et canadiennes ont reçu l’appui de la majorité, avec une moyenne de 59 % des votes favorables14.

Approche privilégiée pour accroître la diversité au sein des conseils d’administration d’entreprise

(total des réponses en 2021)
.expandable-trigger-button:focus { outline:none } .country { stroke: #fff; stroke-miterlimit: 10; stroke-width: 0.5px; fill: #c3d7df; opacity: 0.7; } .circle { opacity: 0.8; transition: 0.3s; } .circle.active { opacity: 1; transform: scale(1.5); } #bostonCircle { fill: #588886 } .legend-circle-asia { background-color: #d87d00; } .legend-circle-europe { background-color: #859e00; } .legend-circle-us { background-color: #588886; } .legend-circle-total { background-color: #003168; } .ri-chap2-img { z-index: -1; } .tab-link { font-family: RBC Display, Roboto, Arial, sans-serif; } .ri-chap2-block-inner { display: grid; grid-template-columns: minmax(30px, 120px) 1fr; align-items: center; justify-items: center; } .ri-chap2-block-inner p { justify-self: left } .ri-chap2-4-block { margin-top: -100px; background-color: #003168; z-index: 2; } .t-white { color: white; } .border-right { border-right: solid 1px #fff; } @media only screen and (max-width: 768px) { .border-bottom { border-bottom: solid 1px #fff; } .border-right { border-right: none; } .d-block-mob { display: block !important } } let container = document.querySelector('.tab-nav'); container.classList.add("container"); .ri-footer { } .ri-footer .icon-wrapper { padding: 0 5px } .ri-next, .ri-last { display: flex; align-items: center; } @media (max-width: 768px) { .ri-footer { flex-direction: column !important } }